Le Carnet

Comment lire les articles ?

Chaque étape de notre CARNET DE VOYAGE est racontée ci-dessous.

Il vous suffit de cliquer sur la partie qui vous intéresse.

LIMA

Iles Ballestas et oasis de Huacachina

NAZCA et Puerto Inka

LA PANAMERICAINE

AREQUIPA 

Vallée et Canyon de Colca

Lac TITICACA

CUSCO

Vallée Sacrée des Incas

MACHU PICCHU

DERNIERS JOURS

 

Sinon, laissez vous porter par le hasard : tout ce que nous avons vu au Pérou est superbe !!

Merci pour votre patience

 

TRADUCTION DU BLOG EN :

ANGLAIS

ESPAGNOL

VIETNAMIEN

  (clic sur la langue choisie)

 

 

 

 

 

 

 

 

27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 07:00

 

JOUR 3 - FIN APRES MIDI

En quittant HUACACHINA nous nous dirigeons vers NAZCA où nous devons passer la soirée et la nuit dans un ECOLODGE.

Le paysage change brutalement. Après les océans de sable, nous arrivons dans un décor minéral : un désert de pierres et de rochers à perte de vue.

vers-nazca.JPG

La route serpente entre ces murs de roches.

 

vers-nazca-route.JPG

De temps en temps une tache de verdure au sortir d'un virage.

vers-nazca-champ.JPG

A un moment, SYLVIO, notre chauffeur, arrête le minibus sur le bord de la route et nous demande de regarder devant nous. Nous avons tellement ce paysage depuis des heures sur la rétine que la première chose que nous voyons, c'est toujours et encore des rochers. 

"Regardez bien" nous dit-il. "Ne distinguez-vous rien ?". Et il nous montre une formation sur le bord de la route appelée "la tête de l'Inca".

vers-nazca-tete-de-l-inca.JPG

C'est assez stupéfiant.

Devant notre air étonné et ..... nos doutes, il nous jure qu'il n'y a aucune intervention humaine sur cette figure : seulement le résultat du vent et du temps !!

Nous sommes toujours sur la PanAméricaine et comme nous commençons à nous y habituer, nous croisons peu de voitures sur cette route au décor lunaire et qui traverse maintenant les lignes de NAZCA.

Nous nous arrêtons près d'un mirador qui culmine à 15 mètres (je ne suis pas très sûre, mais il est suffisamment haut pour voir  deux géoglypes de part et d'autre).

mirador-NAZCA.JPG panneau NAZCA

Malgré l'envie qui me démange, je n'en dirai pas plus pour aujourd'hui sur les lignes de NAZCA. (ou c'est tout ou c'est rien, et pour moi, c'est TOUT - une des raisons de mon voyage -) donc j'en parlerai plus tard.

De toute façon, la nuit tombe. Nous traversons bientôt un gros village - en l'occurrence NAZCA - et notre minibus prend un chemin de terre qui nous amène tout droit - enfin ! façon de parler car nous sommes pas mal chahutés, mais on est entraînés n'est-ce pas après la séance de buggy - devant une ancienne hacienda perdue au milieu des terres.

Après avoir récupéré quelques cosses de graines à un arbre devant l'entrée (on verra ce que cela donnera en France), nous avançons vers les petits bâtiments en adobe et sommes accueillis - en français ! - par notre hôte d'un soir.

 

ecolodge-ACCUEIL.JPG

devant (à notre arrivée)

et dans la chambre

ECOLODGE-CHAMBRE.JPG

Il s'agit d'un écolodge. Il n'y a pas d'électricité dans nos chambres : simplement une bougie près du lit et une lampe à huile.

Pour le cas où vous seriez inquiets (mais vous ne l'êtes pas, n'est-ce pas - tout se passe tellement bien pour nous), il y a l'électricité dans la salle de bains : une seule prise que nous nous disputerons pour recharger nos appareils !!.

Admirez la beauté du décor et des accessoires :

ECOLODGE-PORTE-SERVIETTE.JPG

porte-serviettes devant l'entrée de la salle de bain

ECOLOGE-TOIT-CHAMBRE.JPG

toit en paille tressée, murs en adobe blanchie et lampe à huile !

Nous nous sommes donné rendez-vous dans le jardin où de larges fauteuils nous attendent pour prendre l'apéritif (nous avons des petites bouteilles de vin rouge récupérées dans l'avion à terminer !). 

En attendant que les autres arrivent, D et moi nous promenons dans le  jardin. Nous sommes très étonnées de voir, derrière un tronc d'arbre, deux "tombes" récentes surmontées d'une croix ornée de fleurs.

- "tu crois qu'ils viennent d'enterrer des animaux ?"

- " peut-être. En tout cas les tombes sont fraîches".

Il faut reconnaître qu'on ne sait pas trop s'il faut rire ou pleurer. D'autant plus que ces deux tombes sont tout près du lieu de notre apéritif.

Nous en sommes donc à échafauder toutes sortes d'hypothèses (nos enfants nous surnomment SPIELBERG !), lorsque s'avance un groupe d'une douzaine de jeunes qui s'alignent avec beaucoup de sérieux et de respect - sans un mot (si j'osais, je dirai dans un silence de mort)  autour de ces deux monticules.

PACHAMANCA-GROUPE.JPG

PACHAMANCA-GROUPE-2.JPG

- "Mon Dieu ! ils ont dû perdre des copains !".

Nous observons, sans parler, jusqu'à ce que l'un d'entre nous se souvienne que notre programme ayant été modifié, c'est ce soir que nous avons la "PACHAMANCA" (clic) et ce à quoi nous sommes en train d'assister est la cérémonie réservée à ce groupe !!

Dieu merci, personne (humain ou animal) n'était mort !!.

 

26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 09:00

JOUR 3 - SOIREE LA PACHAMANCA

 

Maintenant que nous voilà rassurés sur la cérémonie qui se déroule derrière nous(clic)  nous reprenons le cours de notre activité un moment interrompue par la curiosité : notre apéritif.

Il fait une soirée superbe !!. L'ambiance est sereine et détendue.

NAZCA-APERITIF1.JPG NAZCAAPERITIF NAZCA APERO

Au bout d'un certain temps (en fait on n'a pas vu le temps passer,) un péruvien vient nous chercher et nous demande de le suivre près de la deuxième "tombe" que j'appellerai "four" dorénavant.

Le groupe de jeunes a disparu  depuis un bon moment déjà.

Notre hôte nous invite donc à participer au rituel de la "Pachamanca" en nous expliquant qu'il s'agit d'un plat typique du Pérou qui existe depuis l’époque de l’Empire Inca.

Le terme « pachamanca » provient du quechua : pacha, « terre » et manka, « marmite ».("la marmite de la terre")

En langue aymara le terme “mankha” signifie “repas” : donc la pachamanca pourrait aussi signifier "la nourriture de la terre."  

Les aliments :

- viandes (boeuf ou porc ou poulet -préalablement marinées avec des épices)

- ainsi que des produits originaux andins comme les papas (sorte de pommes de terre – il en existe 600 variétés au Pérou), camote (patate douce) et éventuellement yucca

sont  cuits par la chaleur de pierres dans un trou creusé dans le sol et recouvert ensuite de branches et de sable.

La pachamanca n’est pas simplement un plat. Sa préparation est un rite social pour les péruviens

Une fois la cérémonie terminée, D. se dirige vers la salle de restaurant avec la croix ornée de fleurs et la remet, dès son entrée, à notre hôte.
Les mets sortis du four sont tous disposés sur un comptoir et c'est un vrai feu d'artifice au niveau des saveurs ! et de nos papilles.
Demain, nous devons nous lever très tôt pour nous rendre à l'aéroport de NAZCA. Donc, une fois notre Pachamanca engloutie, nous allons nous coucher.
Décidemment, nous sommes des touristes heureux !
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 08:58

Je suis tellement excitée par le programme de la matinée que je suis dans le jardin et je fais "le tour du propriétaire" alors que le jour n'est pas encore levé !

Le seul son que l'on entend à ce moment-là est celui des différents oiseaux nichés un peu partout dans les arbres alentours.

J'essaie de ne pas faire de bruit. Mais en passant devant la chambre de ma soeur, j'entends mon beau-frère dire : "j'ai cru voir un Inca".

Et, oui. Aujourd'hui c'est MA journée !!!. Ces lignes de NAZCA j'en rêve depuis que j'étais une adolescente !!

J'ai lu, à "l'époque" (comme dirait ma petite fille) tout ce qui est paru sur Maria Reiche *, cette "folle" qui arpentait un désert, là-bas, au Pérou (c'était le ton du premier article dont je me souviens).

 

* Le lien ci-dessus vous amène sur un article la concernant et que je trouve très bien renseigné

MARIA REICHE

Et voilà qu'aujourd'hui, l'un de mes rêves se réalise !!. Ce voyage ne ressemble à aucun de ceux que j'ai fait (et pourtant je suis une "routarde" qui a fait, notamment le tour du monde ! lorsque j'avais quelques années de moins,  à une époque - encore ma petite fille ! - où il n'y avait pas internet).

Je ne me rappelle pas qu'on ait pris le petit déjeuner ce matin-là et pourtant à bien y réfléchir, si : il y avait des confitures maisons excellentes. Mais la tête était déjà ailleurs.

On a donc retraversé NAZCA en direction du petit aéroport. Il est tôt, donc il y a peu de monde.

Une fois enregistrés (n'oubliez pas votre passeport ou plus exactement son numéro : l'une d'entre nous a dû mettre un numéro approximatif sur la fiche d'embarquement !!), on nous installe devant un documentaire en francais  dit par Bernard Giraudeau L'ÉNIGME DES NAZCAS, de Thierry RAGOBERT  (clic).

Puis nous montons à bord non sans nous être acquittés auparavant d'un droit de "péage" d'un montant de 20 solès  : ("récibo por uso de las instalaciones del Aeropuerto "Maria Reiche" del Distrito de Vista Alègre").

Ce sont de petits avions. Nous sommes une douzaine à bord : 6 le long des hublots de droite, les six autres le long des hublots de ??? gauche !! (gagné !).

N'oublions pas le pilote et le co-pilote. Ce sont eux qui accomplissent une petite prouesse à 150 ou 200 mètres du sol en faisant des 8 au dessus de chaque figure :

- " for the right window, the Astronaut"

Un virage sur l'aile. On boucle le 8 et on entend :

- "for the left window, the Astronaut".

Et ainsi de suite sur toutes les figures.

Au bout de la seconde, mon beau-frère devant moi a fermé les yeux. D'autres dans l'avionnette se sont saisi du petit sac "on ne sait jamais".....

Il est vrai que ce vol au ras du sol et en "feuille de papier" est assez impressionnant.

Mais en ce qui me concerne, pas aussi impressionnant et émouvant que ce que je vois de mes yeux. Je suis là !!. et je ne rate aucun géoglyphe !!. (voir le slide ci-dessous).

Je n'ai pas la prétention de vous faire un cours sur l'énigme de ces géoglyphes (voir le documentaire de "Planète ou ici pour ceux qui veulent connaître les différentes hypothèses).

Je suis plutôt rationnelle sur le sujet. Par contre, ce que je peux dire c'est que je suis revenue de ce survol de près de 45 minutes avec encore plus de questions que de réponses !!!

Dès la descente de l'avion, D. se précipite aux toilettes !!!, ce qui nous donne un prétexte pour flâner dans l'aéroport et dans les petites boutiques. Car SYLVIO s'impatiente : nous avons une  loooooongue route à faire (près de 10 heures) pour arriver à AREQUIPA.

- "mi hermana ess malado !!!" (appréciez mon espagnol) lui dis-je en toute bonne foi puisque, effectivement, je l'avais vue se précipiter comme une fusée vers les toilettes. CHAMAN.JPG
Nous attendons un bon quart d'heure. Sylvio décide d'aller la chercher lui-même : en fait, elle avait rencontré un shaman  et discutait avec lui.
Elle raconte : "il m'a pris dans ses bras quand il m'a vu  pour me réconforter (d'ailleurs cela a marché) et en me regardant dans les yeux il essayait de me dire des choses en espagnol sur la vie, sur la terre et sur son livre qu'il portait à sa ceinture.
Il m'a montré une photo ancienne où il était avec son grand père sur les lignes de Nasca - puis il a parlé du  21 decembre 2012 mais toujours en rapport avec le pérou et non les mayas ! puis on est venu m'arracher à la discussion"
J'ajoute qu'il a un musée à NAZCA et sert de guide mystique pour des tours differents.
 

Les prochaines vidéos que j'ai empruntées à la chaîne "PLANETE" concernent également ce lieu et ces géoglyphes énigmatiques.

Si avec tout ça vous ne vous faites pas une opinion ..... En tout cas, lorsque l'on interroge les locaux sur ces "figures" (avec en arrière pensée l'hypothèse extra terrestre), ils vous répondent goguenards :

- Et vous, qu'est-ce que vous en pensez ?

24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 10:11

JOUR 4 MATIN -  DE NAZCA A PUERTO INKA

FELIX LE CHAMAN

Bien ! Da. va mieux. Elle a pris la carte de visite du chaman (je vais adopter l'orthographe  occidentale, bien que "shaman" soit aussi correct), ils se sont embrassés à nouveau et nous voilà repartis.

Comme je l'ai déjà dit, aujourd'hui nous avons une loooongue route à faire (près de 10 heures de minibus).

Mais vous verrez que, même ça, peut être intéressant ...

N. s'est installée carrément à côté de SYLVIO et elle regarde fixement l'horizon de peur d'être malade. Il faut avouer que la perspective des 10 prochaines heures n'est pas faite pour la rassurer étant donné qu'elle est malade à la seule vue du minibus !! (voir ).

Nous sommes à nouveau sur la PanAméricaine en direction de l'Océan Pacifique.

Le paysage est toujours aussi surprenant : on peut voir sur les montagnes de larges failles, signe vraisemblable des différents séismes qui secouent en permanence le pays.

Il n'y a rien d'étonnant à cela, nous sommes en effet sur la plaque NAZCA, cette plaque tectonique qui s'enfonce sous la plaque Amérique du sud à raison de 7 cm par an en moyenne et qui a donné naissance à la Cordillères des Andes.
VERS PUERTO INKA FAILLES

Les tremblements de terre font partie intégrante de la vie des Péruviens. Dans chaque église que nous avons visitée, il y a le "Dieu des tremblements de terre" qui est représenté sur la croix, très traditionnellement, mais avec un jupon. Les photos étant interdites dans les églises, il y a peu de représentations mais sachez que le jupon peut être blanc, long, brodé ou non.                 

(photo ci-contre trouvée sur internet)
christ-des-tremblements-de-terre.jpg

 

Le paysage est maintenant devenu moins aride : nous traversons une région de champs cultivés et justement, c'est le moment de la pause pour Sylvio.

Nous nous arrêtons donc dans une oliveraie (vente d'olives, d'huile d'olive et produits dérivés). oliveraie-3.JPG

Pendant que Sylvio déjeune (il est 11 heures), je m'avance vers de très hautes échelles en bambou en me demandant bien à quoi elles peuvent servir et jusqu'où elles montent !.

J'apprendrai que les péruviens les utilisent pour ramasser les olives car ici les oliviers ne sont pas taillés et atteignent donc des hauteurs impressionnantes !.

VERS PUERTO INKA ECHELLES VERS PUERTO INKA OLIVIERS

On en profite également pour acheter des olives vertes (ça sera pour le prochain apéritif !). Elles sont super bonnes.

Nous nous approchons d'un "marchand des 4 saisons" pour lui acheter des bananes "lady finger" ou autrement nommées "Nino banana" ainsi que des petites choses rondes (comme des tomates cerise) et qui s'avèrent être des ciruelas, sorte de petites prunes rouges. Quel que soit le fruit, et quel que soit le poids (et pourtant il pèsera consciencieusement chaque article et le poids sera différent) c'est le même prix : 3 solès.

OLIVERAIE 2 OLIVERAIE 1

OLIVERAIE CERUELLAS

ceruelas

Allez, faut remonter. Plus loin, le vent a recouvert la Panaméricaine de sable : il paraît que c'est très courant !. Les routiers qui passent et repassent par là connaissent bien ce phénomène. Ca rend la conduite un peu plus délicate, mais sur cette partie la route est droite.VERS PUERTO INKA SABLE SUR PANAMERICAINE

Ensuite nous quittons la route pour emprunter (on le rendra, promis) un chemin de terre (je vous dis pas la poussière que nous soulevons) 

PUERTO INKA ARRIVEE PUERTO INKA

pour découvrir notre halte pour le repas de midi : PUERTO INKA : un petit bout du monde ! Une plage privée, rien à la fin du chemin que l'Océan Pacifique ... et

PEDRO.
PUERTO INKA PEDRO

Ah ! PEDRO !!! à lui tout seul, il mériterait un article !!. Un phénomène, grassouillet, aux yeux  rigolards !! et qui assure le spectacle pour les clients. 

PEDRO est un perroquet, tout ce qu'il y a de plus banal à première vue, confortablement installé dans une grande cage (bon, je pense que si on lui demandait son avis, il préfèrerait peut-être être ailleurs).

Mais quoi qu'il en soit, dès qu'on s'approche de lui, il commence à ... parler - ça, à la limite, c'est ce qui est le moins surprenant.

- "Holà !"

- quelque chose comme "ca va ?"

Mais en bon cabot (non, je confirme : c'est un perroquet) qu'il est, s'il constate qu'on s'intéresse à lui, il vient frotter son bec contre la joue ou la main.

Et puis, c'est un feu d'artifice : il miaule comme un chat, il rit comme un bébé !! répète ce qu'on lui dit, c'est hallucinant !!.

Vous allez le découvrir tel que JL l'a filmé avec son appareil photo : 

   N'oubliez pas de passer plein écran (clic sur les 4 flèches en bas à droite de la vidéo) et bonne rigolade  

Suite

 

Et comme PEDRO est une vedette locale, le voilà également, filmé par d'autres que nous (et merci à eux) 

 

En attendant le repas, N. est allée se détendre sur la plage.

PUERTO INKA NICOLE 2

Drainage lymphatique ce matin avant de partir

PUERTO INKA NICOLE

séance de yoga ensuite

 

Et nous passons à table en compagnie  - enfin, à côté -  d'une cinquantaine de français arrivés en bus et qui comparés à nous, font beaucoup plus de bruit !!

(pas taper, pas taper, ...... ils sont plus nombreux. C'était juste pour rire !!!)

DSC00356.JPG

20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 08:55

Sur son site, l'UNESCO nous propose cette découverte des Géoglyphes de Nazca.

nazca.jpg

Voilà comment l'UNESCO présente la vidéo que je vous convie à découvrir aujourd'hui :

"Situés dans la plaine côtière aride du Pérou à quelque 400 km au sud de Lima, les géoglyphes de Nazca et de Pampas de Jumana couvrent environ 450 km2 .

Ces lignes, tracées dans le sol entre 500 av. J.-C. et 500 apr. J.-C., soulèvent une des grandes énigmes de l'archéologie en raison de leur quantité, de leur nature, de leur taille et de leur continuité. ..."

 

20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 07:00

L'ENIGME DES NAZCAS  

de Thierry Rabobert  - texte dit par Bernard Giraudeau  

 



 

    (Ou pour plus d'informations sur la civilisation NAZCA)  

 

Un film fascinant sur l'élément le plus troublant de l'histoire des civilisations précolombiennes.

 "Depuis leur découverte en 1926 au Pérou, les géoglyphes, gigantesques pistes tracées dans le sol, si vastes qu'elles sont uniquement visibles du ciel, ne cessent d'intriguer explorateurs et archéologues.
La signification de ces lignes inscrites dans le paysage, demeure énigmatique. Après les avoir longtemps attribuées aux Incas, on sait maintenant qu'elles ont été tracées bien avant par un peuple appelé les Nascas. C'est pour tenter de comprendre les mystères de cette civilisation peu connue que l'archéologue italien Giuseppe Orefici a entrepris à l'automne 1998 d'importantes fouilles sur l'immense site de Cahuachi, la capitale religieuse du peuple Nasca bâtie il y a 1700 ans.
Pour la première fois, ce passionné d'histoire Nasca a ouvert les portes de ses entrepôts de fouilles à une équipe de télévision, dévoilant ainsi, un formidable trésor archéologique, fruit de 17 années de recherche en terre nasca .
A ses côtés, nous suivons chaque étape des fouilles de la grande capitale de Cahuachi, approfondissant ainsi la connaissance de cette civilisation oubliée, dont Giuseppe Orefici nous révèle une nouvelle interprétation des lignes Nascas... Ces découvertes permettront-elles de lever le voile sur les géoglyphes, ces pistes tracées par les Nascas au milieu du désert sur plus de 5 000 km?
Prix Aventures et Découvertes Festival international de l'émission scientifique de télévision 1999"

 

enigme 1 ENIGME 2 ENIGME 3
ENIGME 5 ENIGME 6 ENIGME 7
ENIGME 8 ENIGME 9 ENIGME 10

Contact

Pour nous contacter,
cliquez ci-dessous :

E MAIL

Coups de coeur

DESTINATION AMERIQUE DU SUD viventura

------ 

LOGO-PERUVEO.gif

  ------------

 

TERRES PERUVIENNES

logo-terres-peruviennes.gif

  PASIOANDINA

logo-passion-andina.gif

 

DESTINATION VIETNAM AGENDA TOUR

PLANETE-VIETNAM.jpg

DESTINATION MONDE

(un site plein de ressources)

logochris_120x120.jpg

ARTISANAT PERUVIEN

inca-ayar-perou.jpg