Le Carnet

Comment lire les articles ?

Chaque étape de notre CARNET DE VOYAGE est racontée ci-dessous.

Il vous suffit de cliquer sur la partie qui vous intéresse.

LIMA

Iles Ballestas et oasis de Huacachina

NAZCA et Puerto Inka

LA PANAMERICAINE

AREQUIPA 

Vallée et Canyon de Colca

Lac TITICACA

CUSCO

Vallée Sacrée des Incas

MACHU PICCHU

DERNIERS JOURS

 

Sinon, laissez vous porter par le hasard : tout ce que nous avons vu au Pérou est superbe !!

Merci pour votre patience

 

TRADUCTION DU BLOG EN :

ANGLAIS

ESPAGNOL

VIETNAMIEN

  (clic sur la langue choisie)

 

 

 

 

 

 

 

 

11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 07:00

Je ne vais pas me lancer dans un cours de philosophie ou de religion : je suis nulle dans l'un et l'autre cas.

Mais ce voyage m'a appris un mot : "syncrétisme" ("fusion de différents cultes ou de doctrines religieuses, en particulier, tentative de conciliation des différentes croyances en une nouvelle qui en ferait la synthèse") et a éveillé ma curiosité tout au long des visites ou même des discussions que nous avons eues avec les guides notamment.

D'une manière générale, la plupart se sentent mal à l'aise lorsqu'on leur parle de la conquête espagnole, de la religion ou des Incas.

1. Je parlerai d'abord des Incas : d'après Ruth, cette guide super que nous avons eue pendant près d'une semaine dans la région de CUSCO, il ressort d'une étude menée par des scientifiques (je ne me souviens pas si elle nous a donné le nom de l'organisme ou organisation, peut-être est-ce le National Géographic dans le cadre de son projet "Génographic" dirigé par Spencer WELLS), il n'existe au Pérou, aucun descendant direct des Incas. Cette constatation ressortirait d'une étude ADN menée parmi la population actuelle.

Attention : je n'affirme rien, je ne fais que rapporter des propos qui nous ont d'ailleurs tous étonnés.

Mais après tout pourquoi pas ?.  Quelques centaines d'Espagnols (moins de 200) - avec leurs armes à feu, leurs armures, leurs chevaux ... et leurs maladies -  ont anéanti plusieurs millions d'indiens en moins de 200 ans. Ca c'est un fait historique.

2. En ce qui concerne la religion, on sait également que la volonté des colonisateurs - en dehors de la conquête et de l'appropriation des richesses -, a été d'évangéliser au nom de l'église catholique ce peuple qui pratiquait des sacrifices humains et adoraient le soleil et d'autres Dieux. ...

Mais il est pratiquement impossible de faire disparaître, d'un coup de baguette magique, des croyances enracinées depuis des siècles dans les consciences. Un élément important de cette civilisation survit d'ailleurs toujours aujourd'hui : la langue Quechua. 

PROCESSION A PUNO

S'il est vrai que les "descendants" des Incas ont adopté le catholicisme, on s'aperçoit que les cultes contemporains sont plaqués sur les croyances venues de leur passé.

D'ailleurs - peut-être avec des arrières pensées mercantiles -... les coutumes anciennes ont la vie dure : la fête de l'Intiraymi qui se déroule à Cuzco le 24 juin est un bel exemple de cette ambiguïté.

  Bouclier Inca dans la Cathédrale de CUZCO

SIGNES INCAS

Cette ambiguïté, dans laquelle les gens, tout en déclarant relever du catholicisme, continuent d'adhérer à des croyances et à observer des rituels relevant des religions traditionnelles, nous en avons eu de multiples exemples sans véritablement arriver à en discuter avec les intéressés.

Ce "double langage" qui est une provocation masquée, nous avons pu la voir dans la Cathédrale de Lima, où les saints par exemple portent des cierges qui prennent la forme de l'éclair ou du serpent, par la présence omniprésente également du Soleil ..

Nous l'avons vu aussi sur les façades des églises, dans la Cathédrale de Cuzco où, il y a une pierre inca polie par le frottement des mains des péruviens et le dépôt quotidien au sol, devant cette pierre, de pétales de fleur de cantutas appelé "fleur de l'Inca", fleur nationale du Pérou.

FLEUR DE L'INCA SYNCRETISME4

SYNCRETISME

SYNCRETISME5.JPG

Nous l'avons vu encore devant cette représentation de la Cène, toujours dans la Cathédrale de Cuzco, où le principal mets présenté dans l'assiette est le cuy (cochon d'inde - plat national).

 "Elève des cochons d’Inde et mange à ta faim", dit un dicton inca.

LA CENE AU PEROU

Nous l'avons vu toujours à travers la représentation de la Vierge dans son vêtement en forme de montagne, dans la représentation du Christ en Jupon ou du Christ Noir,  - ci-dessous à droite, et Dieu des Tremblements de Terre - dans la Cathédrale de Cuzco.

SYNCRETISME8 CHRIST NOIR CUZCO
DIEU DES TREMBLEMENTS DE TERRE DIEU EN JUPON

Nous l'avons vécu dans la coutume de la "Pachamanca" et même les "idoles" dans le jardin de l'écolodge qui nous a accueilli à NAZCA nous parlaient de syncrétisme !!.

PACHAMANCA ENTREE ECOLODGE
ECOLODGE ANZCA ECOLODGE NAZCA

Nous l'avons vu partout ... parce que dès LIMA la guide avait excité notre curiosité et que nous avons cherché en permanence les signes extérieurs de ce phénomène. 

Mais tous ces signes ne sont-ils pas après tout, l'affirmation d'hommes et de femmes qui ne veulent pas mourir ?

11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 15:22

 

Au moment où cet article paraît la fête bat son plein à CUSCO.

Je n'ai pas la chance d'avoir prolongé mon voyage jusqu'à cette date mais ma soeur et mon beau-frère y avaient assisté il y a cinq ans. C'était le but premier de leur voyage.

Pendant une semaine et guidés par la femme péruvienne de Philippe PIERRE, ils se sont fondus dans la population depuis le Coricancha où la fête commence par une invocation au soleil dite par "l'Inca" jusqu'aux ruines de Sacsayhuaman.

Ils en ont ramené des images superbes et surtout des souvenirs de partage et de communion avec les péruviens qui, à l'époque, étaient plus nombreux que les touristes à cette fête.

J'ai trouvé plusieurs vidéos sur You Tube, dont celles ci-dessous qui vous permettront de vous faire une petite idée de la fête. J'aurais voulu retrouver celle qu'on nous a projeté à la sortie du temple Corincancha .... et qui était vraiment très bien faite, mais ... 

 Notez également le drapeau arc-en-ciel qui flotte au-dessus de la foule sur les terrasses de Sacsayhuaman sur la première vidéo. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce n'est pas une référence à la communauté gay. Ce drapeau, symbole de la ville de Cusco et appelé Wiphala est le drapeau de la communauté des Indiens Aymara.

drapeau.jpg

A l'origine, cette fête qui a lieu au moment du solstice d'hiver - le 24 Juin - célébrait le Dieu Soleil.

Pour les Incas, l'Inti Raymi symbolisait la consécration éternelle du mariage entre le soleil et ses fils, les êtres humains. Ce 24 Juin marquait le début d'une nouvelle période annuelle.

Y participaient tous les représentants importants de l’empire qui avaient coutume de pratiquer une sorte de jeûne pendant les trois jours qui précédaient la fête y compris avec leurs femmes. Les vierges du Soleil préparaient des galettes de maïs.

Le jour venu, l’Inca, pieds nus, attendait sur place l’apparition du Soleil. Les bras ouverts, il recevait l’astre roi et offrait la chicha  (boisson fermentée à base de maïs) dans deux gobelets d’or.

La cérémonie se terminait par un sacrifice massif de bétail devant le feu nouveau allumé grâce au bracelet d’or du prêtre suprême utilisé comme miroir. La viande était ensuite distribuée ainsi qu’une grande quantité de chicha.

A partir de 1572, pendant l'époque coloniale, cette fête fut interdite car elle était considérée comme païenne et un danger pour la religion catholique.

Ce n'est qu'en 1944 qu'elle fut à nouveau rendue aux indiens Quechuas (qui n'avaient jamais cessé de la célébrer - mais dans la clandestinité) et l'Inti Raymi a été déclaré Patrimoine Culturel du Pérou en 2001.

intiraymi.jpg

Aujourd'hui l'Inti Raymi revêt bien entendu un caractère différent. C'est devenu un spectacle - en Quechua - qui s'adresse tant aux touristes qu'aux habitants de Cusco - les cusqueños (j'adore ce mot !!) et dans laquelle interviennent plus de 500 acteurs au milieu d'une débauche de couleur, de musique et de danses.

 

L'image n'est pas très bonne alors : il n'est pas nécessaire de passer plein écran

22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 09:26

 

Je vous ai rapporté  ce que nous avait dit Ruth, notre guide sur CUSCO, à propos des difficultés que rencontrent les Cusquenos pour accéder dorénavant aux cérémonies de l'Inti Raymi.

Nous étions au mois d'Avril 2010 lorsque ces propos ont été tenus.

Mais ils ont trouvé un écho dans un article écrit par Gabrielle Gorder à l'occasion de l'Inti Raymi 2010 (le 24 Juin donc), article paru en anglais sur ce site et que je vais essayer de vous résumer ... en français

 intiraymi 

 

"Inti Raymi : The Incan ritual for Peru's tourists is out of reach for many locals"

By Gabrielle Gorder

"L'Inti Raymi est hors de portée pour de nombreux locaux" 

"Le 24 Juin, les cusqueños ont célébré Inti Raymi, signifiant en Quecha "la résurrection du soleil", rituel Inca qui a lieu le jour du solstice d'hiver pour honorer le Dieu Soleil et demander son retour.

Inti Raymi est aujourd'hui plus une représentation théatrale de l'héritage Inca nécessitant des centaines d'acteurs et danseurs. Il commence devant l'ancien site de Qorikancha. Les ruines sont situées à la base de l'église coloniale hispanique de Santo Domingo. La procession colorée s'élance ensuite vers la Plaza de Armas, anciennement le centre de la Capitale Inca. La cathédrale en son centre est aujourd'hui construite à l'emplacement du palais du roi Viracocha. Finalement le cortège se dirige vers les ruines Incas de Sacsayhuaman là où eut lieu la bataille finale entre les Incas et les conquistadors Espagnols.

Inti Raymi est l'un des plus important festival d'Amérique du Sud. Son apparât (musique andine, costumes très colorés... ) attire des touristes du monde entier.

Cependant, il y a un revers de médaille pervers à la tradition.

Nombreux parmi les cusqueños qui ont des racines indigènes et qui vivent dans des villes avoisinantes n'ont jamais pu assister aux célébrations de l'Inti Raymi et l'ont seulement vu à travers des films.

"Les gens viennent des quatre coins du Monde pour voir l'Inti Raymi et nous, à Andahuayallillas, juste à 45 minutes de bus, ne l'avons jamais vu" dit Betty, une péruvienne.

Betty explique que beaucoup d'habitants d'Andahuaylillas et des environs de Cusco ne peuvent s'offrir le bus pour Cusco, ce dernier coûtant 2 soles, l'équivalent de moins d'un dollar. Pour venir à CUSCO et repartir coûterait 4 soles et si elle décide d'amener son fils cela ferait 8 soles. Cela représente un diner pour la famille entière.

Je fus tourmentée par le commentaire fait par une femme nommée Mica : "Les touristes qui viennent ici connaissent du Pérou plus que je n'en connais moi-même" dit-elle d'une voie douce en déposant la robe minuscule de poupée qu'elle était en train de piquer.

peruana.JPG 

Le Pérou est un haut lieu du Tourisme. Le pays doit maintenant relèver le défi d'avancer d'une manière équitable en tenant compte des  populations marginalisées du pays de sorte que l'espace entre les riches et les pauvres ne continue pas à  grandir".

  

 ci-dessous, vidéo réalisée à l'occasion de l'Inti Raymi 2010 et commentée, semble-t-il par la journaliste

4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 12:34

SYNCRETISME

Je ne vais pas me lancer dans un cours de philosophie ou de religion : je suis nulle dans l'un et l'autre cas.

Mais ce voyage m'a appris un mot : "syncrétisme" ("fusion de différents cultes ou de doctrines religieuses, en particulier, tentative de conciliation des différentes croyances en une nouvelle qui en ferait la synthèse") et a éveillé ma curiosité tout au long des visites ou même des discussions que nous avons eues avec les guides notamment.

D'une manière générale, la plupart se sentent mal à l'aise lorsqu'on leur parle de la conquête espagnole, de la religion ou des Incas.

1. Je parlerai d'abord des Incas : d'après Ruth, cette guide super que nous avons eue pendant près d'une semaine dans la région de CUSCO, il ressort d'une étude menée par des scientifiques (je ne me souviens pas si elle nous a donné le nom de l'organisme ou organisation, peut-être est-ce le National Géographic dans le cadre de son projet "Génographic" dirigé par Spencer WELLS), il n'existe au Pérou, aucun descendant direct des Incas. Cette constatation ressortirait d'une étude ADN menée parmi la population actuelle.

Attention : je n'affirme rien, je ne fais que rapporter des propos qui nous ont d'ailleurs tous étonnés.

Mais après tout pourquoi pas ?.  Quelques centaines d'Espagnols (moins de 200) - avec leurs armes à feu, leurs armures, leurs chevaux ... et leurs maladies -  ont anéanti plusieurs millions d'indiens en moins de 200 ans. Ca c'est un fait historique.

2. En ce qui concerne la religion, on sait également que la volonté des colonisateurs - en dehors de la conquête et de l'appropriation des richesses -, a été d'évangéliser au nom de l'église catholique ce peuple qui pratiquait des sacrifices humains et adoraient le soleil et d'autres Dieux. ...

Mais il est pratiquement impossible de faire disparaître, d'un coup de baguette magique, des croyances enracinées depuis des siècles dans les consciences. Un élément important de cette civilisation survit d'ailleurs toujours aujourd'hui : la langue Quechua. 

PROCESSION A PUNO

S'il est vrai que les "descendants" des Incas ont adopté le catholicisme, on s'aperçoit que les cultes contemporains sont plaqués sur les croyances venues de leur passé.

D'ailleurs - peut-être avec des arrières pensées mercantiles -... les coutumes anciennes ont la vie dure : la fête de l'Intiraymi qui se déroule à Cuzco le 24 juin est un bel exemple de cette ambiguïté.

  Bouclier Inca dans la Cathédrale de CUZCO

SIGNES INCAS

Cette ambiguïté, dans laquelle les gens, tout en déclarant relever du catholicisme, continuent d'adhérer à des croyances et à observer des rituels relevant des religions traditionnelles, nous en avons eu de multiples exemples sans véritablement arriver à en discuter avec les intéressés.

Ce "double langage" qui est une provocation masquée, nous avons pu la voir dans la Cathédrale de Lima, où les saints par exemple portent des cierges qui prennent la forme de l'éclair ou du serpent, par la présence omniprésente également du Soleil ..

Nous l'avons vu aussi sur les façades des églises, dans la Cathédrale de Cuzco où, il y a une pierre inca polie par le frottement des mains des péruviens et le dépôt quotidien au sol, devant cette pierre, de pétales de fleur de cantutas appelé "fleur de l'Inca", fleur nationale du Pérou.

FLEUR DE L'INCA SYNCRETISME4

SYNCRETISME

SYNCRETISME5.JPG

Nous l'avons vu encore devant cette représentation de la Cène, toujours dans la Cathédrale de Cuzco, où le principal mets présenté dans l'assiette est le cuy (cochon d'inde - plat national).

 "Elève des cochons d’Inde et mange à ta faim", dit un dicton inca.

LA CENE AU PEROU

Nous l'avons vu toujours à travers la représentation de la Vierge dans son vêtement en forme de montagne, dans la représentation du Christ en Jupon ou du Christ Noir,  - ci-dessous à droite, et Dieu des Tremblements de Terre - dans la Cathédrale de Cuzco.

SYNCRETISME8 CHRIST NOIR CUZCO
DIEU DES TREMBLEMENTS DE TERRE DIEU EN JUPON

Nous l'avons vécu dans la coutume de la "Pachamanca" et même les "idoles" dans le jardin de l'écolodge qui nous a accueilli à NAZCA nous parlaient de syncrétisme !!.

PACHAMANCA ENTREE ECOLODGE
ECOLODGE ANZCA ECOLODGE NAZCA

Nous l'avons vu partout ... parce que dès LIMA la guide avait excité notre curiosité et que nous avons cherché en permanence les signes extérieurs de ce phénomène. 

Mais tous ces signes ne sont-ils pas après tout, l'affirmation d'hommes et de femmes qui ne veulent pas mourir ?

Contact

Pour nous contacter,
cliquez ci-dessous :

E MAIL

Coups de coeur

DESTINATION AMERIQUE DU SUD viventura

------ 

LOGO-PERUVEO.gif

  ------------

 

TERRES PERUVIENNES

logo-terres-peruviennes.gif

  PASIOANDINA

logo-passion-andina.gif

 

DESTINATION VIETNAM AGENDA TOUR

PLANETE-VIETNAM.jpg

DESTINATION MONDE

(un site plein de ressources)

logochris_120x120.jpg

ARTISANAT PERUVIEN

inca-ayar-perou.jpg